Taxi 5

Un film de Franck Gastambide – 11 avril 2018

Sylvain Marot, superflic parisien et pilote d’exception, est muté contre son gré à la Police municipale de Marseille. L’ex-commissaire Gibert, devenu maire de la ville et au plus bas dans les sondages, va alors lui confier la mission de stopper le redoutable « Gang des Italiens », qui écume les bijouteries à l’aide de puissantes Ferrari. Mais pour y parvenir, Marot n’aura pas d’autre choix que de collaborer avec le petit-neveu du célèbre Daniel, Eddy Maklouf, le pire chauffeur VTC de Marseille, mais le seul à pouvoir récupérer le légendaire TAXI blanc.

Bon, ça va être rapide, comme chronique, 2 étoiles, ça ne mérite pas plus.

Franck Gastambide a vraiment un coup de cul énorme que le film reste à l’affiche plus de huit semaines. C’est uniquement grâce à la notoriété de la saga Taxi que ça a pu se faire et rien de plus.

Je me suis décidée à aller voir le film seulement le 21 juin en sachant pertinemment que j’allais en dire du mal.

Désolée, je suis de la génération 98, et comme les anciens, je peux dire : « avant, c’était le bon temps ». (rire)

Pour moi, c’est vraiment la première bad chronique de l’année.

Bande-annonce ci-dessous.

Deadpool 2

Un film de David Leitch – Sortie le 16 mai

L’insolent mercenaire de Marvel remet le masque !

Plus grand, « plus-mieux », et occasionnellement les fesses à l’air, il devra affronter un Super-Soldat dressé pour tuer, repenser l’amitié, la famille, et ce que signifie l’héroïsme – tout en bottant cinquante nuances de culs, car comme chacun sait, pour faire le Bien, il faut parfois se salir les doigts.

Après le premier opus explosif de Tim Miller en termes de renouveau du super héros, avec cette présentation incroyable d’un personnage à l’autodérision insensée, cette suite, réalisée cette fois-ci par David Leitch, est franchement réussie.

C’est en fait un recrutement de choc, aussi bizarre soit-il, qui aboutit à cette équipe de bras cassés (!)

Le film est franchement très comique avec des allusions en tous genres, un revirement inattendu, des répliques au cordeau et tout ça dans un rythme effréné avec même une émotion naissante totalement décalée. Cet univers loufoque au possible reste fidèle au premier opus.

Deadpool n’a pas fini de nous surprendre et devient ainsi sacrément attachant…

C’est donc un excellent 5 étoiles qui vient conclure cet article. À noter que si l’interdiction concerne les moins de 12 ans, je pense que les 16/18 ans seront plus à même de comprendre cet humour que les plus jeunes.

Côté gore, le sang, les membres coupés et la violence de certaines scènes restent corrects, il n’y a pas de quoi fouetter un chat… ni un chien. (rire)

Bon, OK, je sors. Ha ha ha !

Vous l’aurez compris, ça reste un Marvel, vos ados vont adorer.

Bande-annonce ci-dessous.

 

Le Doudou

 

 

 

Un film de Philippe Mechelen et Julien Hervé – 20 juin 2018

Michel a perdu le doudou de sa fille à l’aéroport de Roissy. Il dépose un avis de recherche avec une récompense. Sofiane, employé à l’aéroport, y voit l’occasion de se faire un peu d’argent et prétend avoir retrouvé la peluche. Le mensonge révélé, les deux hommes se lancent malgré tout sur les traces du doudou. Une mission plus compliquée que prévu…

Cette comédie française est vraiment réussie et très drôle, avec un scénario plutôt original et bien pensé. En plus, le duo Kad Merad et Malik Bentalha fonctionne très bien, je vous le conseille avec grand enthousiasme.

C’est donc un 5 étoiles qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

Demi-Soeurs

Un film de Saphia Azzeddine et François-Régis Jeanne – Sortie le 30 mai 2018

Lauren, ravissante it-girl de 29 ans, tente de percer dans le milieu de la mode en écumant les soirées parisiennes. Olivia, 28 ans et un rien psychorigide, a deux obsessions : sauver la confiserie de ses parents, et se trouver le mari idéal. À 26 ans, Salma, jeune professeur d’histoire fougueuse, vit encore chez sa mère en banlieue. Leurs routes n’ont aucune raison de se croiser… Jusqu’au jour où, à la mort de leur père biologique qu’elles n’ont jamais connu, elles héritent ensemble d’un splendide appartement parisien. Pour ces trois sœurs qui n’ont rien en commun, la cohabitation va s’avérer pour le moins explosive…

Cette comédie remplit bien sa fonction : elle nous faire rire, nous fait oublier pendant un instant le quotidien et l’actualité morose.

Elle propose également quelques moments d’émotion vraiment réussis.

Le trio d’actrices (Sabrina Ouazani, Alice David et Charlotte Gabris) fonctionne bien et apporte beaucoup de fraîcheur et de caractère aux personnages.

Toute comparaison avec Les Trois Frères reste plus au moins hors sujet, ça reste quand même une comédie qui possède sa propre identité. Et c’est tant mieux.

C’est donc un bon 4 étoiles qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

 

Océan’s 8

Gary Ross – Sortie  le 13 juin 2018 – Film 4 étoiles

Cinq ans, huit mois, douze jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée », Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger, qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées…

Ocean’s 8 est un film plutôt réussi, ce n’est probablement pas le blockbuster de 2018, mais Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Rihanna, Helena Bonham Carter… sont à la hauteur, grâce à un scénario original et très bien travaillé.

Vous passerez un bon moment si vous souhaitez voir un film rythmé, des décors somptueux et une histoire avec plusieurs rebondissements.

Car ici, un job peut en cacher un autre, voire encore un autre….

C’est donc un bon 4 étoiles qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous

Saga Jurassic World

Jurassic World : Fallen Kingdom

Juan Antonio Bayona – Sortie  6 juin 2018 – Film 3 étoiles

Il avait beau avoir dépensé sans compter, John Hammond n’avait sans doute pas prévu la bêtise humaine infinie qu’il a lui-même engendrée. À l’heure qu’il est, on imagine sans mal le pauvre vieux milliardaire en train de faire des saltos dans sa tombe devant l’étendue des dégâts.

Non seulement ses successeurs inconscients ont eu l’idée brillante de rebâtir un parc à dinosaures malgré toutes les catastrophes de la trilogie précédente pour finir par voir à nouveau d’un peu trop près les dents des gros lézards génétiquement modifiés, mais voilà que, trois ans plus tard, l’humanité se déchire encore sur leur sort.

En effet, un volcan a décidé de se réveiller de façon bien pratique pour éteindre une nouvelle fois la race des grands reptiles qui ne demandaient rien à personne. Alors ont-ils les mêmes droits que les espèces animales menacées communes malgré leur existence défiant les lois de nature ?

Pas le temps de tergiverser sur cette question pourtant passionnante, on l’expédie rapidement avec une apparition de Jeff Goldblum et hop, nous voici de retour sur l’île aux dinos avec les personnages de Chris Pratt et Bryce Dallas Howard pour sauver quelques spécimens avant le cataclysme.

Comme d’habitude (et comme personne n’a toujours rien appris des opus précédents), toutes ces intentions honorables servent bien entendu le dessein noir d’un homme aussi cupide que machiavélique, prêt à tout pour s’emparer et surtout faire n’importe quoi avec les dinosaures…

Jurassic World premier du nom faisait partie de cette vague de reboots qui n’en avaient pas l’appellation officielle mais dont le but était clairement de trouver la formule magique pour à la fois séduire et ne

pas froisser ancienne et nouvelle génération. Forcément clivant par son côté policé, l’opus de Colin Trevorrow jouait à fond la carte de la nostalgie sur fond de grand spectacle quitte à ne pas proposer grand-chose de neuf sinon un film divertissant se reposant sur la base du rêve de voir le fameux parc en question se concrétiser avant sa dévastation attendue.

Cette démarche quelque part rassurante par sa non-prise de risques appelait presque de fait un deuxième épisode s’extirpant de ce carcan nostalgique pour aller enfin explorer de nouvelles ramifications de cet univers et définir ainsi une véritable identité propre à justifier l’existence de cette nouvelle trilogie.

Autant l’avouer tout de suite, le bilan de Fallen Kingdom n’est pas très glorieux sur le fond. Les nouvelles idées proposées ne sont pas aussi brillantes, pour certaines, c’est même tiré par les cheveux.

Je suis un peu sévère, mais je donne quand même 3 étoiles, car niveau réalisation, la qualité est au rendez-vous.

Bande-annonce ci-dessous