Hostiles

Scott Cooper – 14 mars 2018 – Film 5 grandes étoiles 

Ce que je peux vous dire, c’est que j’ai pleuré 80 % du film, non pas que ce soit un film triste, mais parce que je suis une grande sensible. Et que cette partie sombre de l’histoire américaine me brise le cœur.
Il faut savoir que même si le scénario imaginé par le défunt Donald Stewart est original, quand Scott Cooper a repris le projet, il a remanié l’histoire de manière à ce que les questions raciales et culturelles puissent nous renvoyer aux problèmes actuels qui non seulement se passent encore aux États-Unis, mais également à travers le monde.
Je voudrais saluer la prestation de Christian Bale avant de développer mon argumentation, car les profonds tourments que vit son personnage sont parfaitement compréhensibles, et cela grâce à son jeu. Toutes récompenses obtenues grâce à ce rôle seront amplement méritées. Car les dialogues dans le langage cheyenne et la gestuelle qui va avec sont vraiment impressionnants.
Wes Studi, Rory Cochrane et Rosamund Pike font également de très belles prestations.
D’ailleurs, grâce au scénariste Chris Eyre et à l’universitaire Joely Proudfit, le réalisateur, Scott Cooper, a pu être au plus poche de la réalité sur le plan du langage, de la gestuelle et des rituels amérindiens.
Pendant la guerre de Sécession, les Américains qui convoitaient les terres des Amérindiens ont massacré de très nombreuses tribus.
Le peuple de la tribu des Cheyennes était non violent, mais il était opposé aux Comanches, beaucoup plus impitoyables que n’importe quelle autre tribu.
Car ces hommes avaient tout perdu et étaient furieux que leur peuple ait été privé de leur liberté.
Quand les Américains ont déclaré la guerre aux Amérindiens, ils n’ont pas fait de distinction.

C’est pourquoi quand, en 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales, il n’est pas franchement ravi.
Façonnés par la guerre, la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance l’un envers l’autre.

Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalie Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.

Le film nous offre des images magnifiques des contrées traversées à dos de cheval, du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana en passant par le Colorado… Mais également de très beaux costumes pratiques entièrement confectionnés par l’équipe de la chef costumière Jenny Eagan.

J’ai beaucoup pleuré car de nombreux personnages auxquels je m’étais attachée disparaissent au fil de l’histoire.

C’est un film dur, impitoyable, mais très profond, ce western n’a rien de comparable avec ce qu’on a l’habitude de voir. Bien sûr, il y a des scènes de combat à cheval revolver à la main, mais l’évolution des relations entre les personnages au cours de l’histoire rend ce film magnifique. Et nous offre une lueur d’espoir quant à notre avenir. Même si ce film témoigne de nos erreurs passées. Quand je dis « nous », je veux bien sûr dire nous les Hommes. J’espère que ce film restera dans les mémoires et ouvrira les yeux à la nouvelle génération.
Je vous conseille vivement d’aller voir Hostiles. Moi, je regrette de ne pas l’avoir vu en version originale sous-titrée.
C’est donc un excellent 5 étoiles qui vient conclure cet article, n’hésitez pas à le commenter.

Bande-annonce ci-dessous.

Ghostland

Pascal Laugier – 14 mars 2018 – Film 5 étoiles 

À la suite du décès de leur tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille, mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles, dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque.

Vous commencez à me connaître, j’aime bien aller voir les films d’horreur à la dernière séance. Eh bien là, mauvaise pioche, j’ai vraiment flippé ! En plus, on n’était que cinq dans la salle, tout ce vide autour de moi m’a fait encore plus peur.
Pour les fans de Mylène Farmer, ce qui a été mon cas durant mon adolescence, si vous connaissez les paroles de Désenchantée, alors vous allez comprendre ce film en trente secondes. C’est impressionnant !
La prestation de Mylène Farmer est vraiment saisissante, le réalisateur, Pascal Laugier, dirige parfaitement bien l’actrice et on sent vraiment que le travail du réalisateur et celui de l’artiste ont de nombreux points communs. Démonstration :

Parole de Désenchantée :

Nager dans les eaux troubles
Des lendemains
Attendre ici la fin
Flotter dans l’air trop lourd
Du presque rien
À qui tendre la main
Si je dois tomber de haut
Que ma chute soit lente
Je n’ai trouvé de repos
Que dans l’indifférence
Pourtant, je voudrais retrouver l’innocence
Mais rien n’a de sens, et rien ne va

Tout est chaos
À côté
Tous mes idéaux : des mots Abîmés…
Je cherche une âme, qui
Pourra m’aider
Je suis

D’une génération désenchantée, désenchantée

Qui pourrait m’empêcher
De tout entendre
Quand la raison s’effondre
À quel sein se vouer
Qui peut prétendre
Nous bercer dans son ventre

Si la mort est un mystère
La vie n’a rien de tendre
Si le ciel a un enfer
Le ciel peut bien m’attendre
Dis-moi,
Dans ces vents contraires comment s’y prendre
Plus rien n’a de sens, plus rien ne va.

(Source : Album L’autre… Auteur, compositeur, interprète Mylène Farmer, 1991)

Le scénario est selon moi très proche de l’univers de cette chanson, j’y ai pensé immédiatement à ma sortie de salle.
Le mystère et les profonds tourments du scénario font que ce film d’épouvante est plus que réussi. L’originalité du scénario transporte le spectateur dans une forme de doute, de suspense et de frayeur plus que réels.
Les actrices Crystal Reed et Anastasia Phillips sont elles aussi excellentes. Quant à Kevin Power et Rob Archer, ils m’ont vraiment fait très peur.
J’ai particulièrement adoré ce film, je vous le conseille pour tous les amateurs du genre.
C’est donc un excellent 5 étoiles qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

Tomb Raider

Roar Uthaug – 14 mars 2018 – Film 4 étoiles

Lara Croft, 21 ans, n’a ni projet ni ambition : fille d’un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l’empire de son père. Convaincue qu’il n’est pas mort, elle met le cap sur l’endroit où il a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d’une île mythique au large du Japon.
Ce film raconte comme Lara Croft est devenue Tomb Raider, c’est donc le début de l’histoire, avant le tout premier film de Simon West Lara Croft : Tomb Raider sorti en 2001.
Dans ce nouveau film, le reboot est réussi, l’univers du jeu vidéo est bien présent, la réalisation de Roar Uthaug est propre et rythmée par de nombreuses scènes extrêmement bien chorégraphiées. Notamment au début du film avec la course au renard… C’est une façon originale de présenter les qualités de l’héroïne.
Tenace, combative, courageuse, intelligente, avec un grand sens de la déduction, Lara Croft ne se laissera pas décourager par les obstacles placés sur son chemin.
Le seul bémol pour moi, c’est le rôle que Kristin Scott Thomas interprète. Quand on connaît la carrière de l’actrice, son personnage, qui se veut mystérieux, n’a pas eu l’effet escompté sur moi. J’ai tout de suite compris quelle place elle tenait dans le film, une autre actrice m’aurait fait douter bien plus sérieusement. Cela dit, je n’ai rien à reprocher à son interprétation, c’est une grande actrice, je l’adore.
La surprise qui pourrait être intéressante à voir, c’est l’évolution de son personnage dans le prochain volet.
Quant à Alicia Vikander, la transformation physique qu’elle a subie est tout à son honneur, la boxe française féminine, même si elle peut être perçue comme violente, véhicule de grandes qualités et de bonnes
valeurs, ce qui rend crédible tant son interprétation que son personnage.
C’est donc un bon 4 étoiles qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

Tout le monde debout

Franck Dubosc – 14 mars 2018 – Film 5 étoiles 

Jocelyn, homme d’affaires en pleine réussite, est un dragueur et un menteur invétéré. Lassé d’être lui-même, il se retrouve malgré lui à séduire une jeune et jolie femme en se faisant passer pour un handicapé. Jusqu’au jour où elle lui présente sa sœur, elle-même handicapée…
Franck Dubosc nous offre pour sa toute première réalisation une comédie plus que réussie. Avec un casting aussi bien choisi que les dialogues.
On y retrouve une Elsa Zylberstein incroyable. Le rôle qu’elle interprète, Marie, est vraiment bien écrit, elle a dû prendre beaucoup de plaisir à jouer cette assistante un peu écervelée mais franchement attachante. J’ai beaucoup aimé Caroline Anglade également, je l’ai trouvée pétillante et drôle. Claude Brasseur a une scène vraiment hilarante qui est complètement décomplexée, j’adore. Quant à François-Xavier Demaison, son rôle est court mais intense, il arrive au bon moment et l’émotion est au rendez-vous.
Sans parler de Gérard Darmon, le meilleur ami, médecin et… je n’en dis pas plus, il a un dialogue tellement drôle au bord de la piscine qu’en dévoiler davantage serait dommage. Il y a aussi Laurent Bateau, qui joue le frère courageux. Sans oublier la magnifique Alexandre Lamy qui, dans ce film, est vraiment radieuse. Elle interprète une femme forte et intelligente, une artiste et sportive de talent, mais surtout une jeune femme qui a accepté son handicap et qui vit très bien avec.
Et pour finir, Franck Dubosc, qui a réussi à mettre sur un pied d’égalité cette jeune femme et cet homme, handicapé lui aussi, mais dans ses relations aux autres. C’est une leçon formidable pour toutes les personnes qui ne traitent pas les gens qu’elles pensent différents avec les égards auxquels ils ont droit.
Je vous recommande donc ce film avec grand enthousiasme. En plus, le scénario nous offre une très belle surprise, ce qui fait toute la beauté du film.                                      C’est donc un excellent 5 étoiles qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

Un raccourci dans le temps

Ava DuVernay – 14 mars 2018 – Film 1 étoile

Comme la plupart des collégiens, Meg Murry manque d’assurance et tente de trouver sa place. Très intelligente (ses parents sont des scientifiques mondialement connus), elle possède ─ tout comme son petit frère Charles Wallace ─ un don rare qu’elle n’a pas encore exploité. La disparition inexpliquée de son père va l’amener à faire la connaissance de trois guides – madame Quidam, madame Qui, madame Quiproquo – venues sur Terre pour l’aider à le retrouver.

Ce film signé Disney est pour moi complètement raté, on s’ennuie sérieusement. Le monde imaginaire que l’on est censé pénétrer est fade et sans saveurs…

J’ai vraiment rien à dire de positif sur le film, à part peut-être que l’esthétique des personnages était pas mal, dommage que le scénario soit inexistant.

Je donne donc une seule étoile à ce film par respect pour le réalisateur.

Bande-annonce ci-dessous.

Mme Mills, une voisine si parfaite 

Sophie Marceau – 7 mars 2018 – Film 4 étoiles et demie 

Hélène est éditrice de romans à l’eau de rose et mène une vie rythmée par le travail. Elle se réfugie dans les livres, persuadée que la vie y est plus belle que dans la réalité. Se complaisant dans une certaine routine, son quotidien va être bouleversé par l’installation d’une nouvelle voisine, madame Mills. Cette vieille Américaine excentrique va prendre rapidement une importance insoupçonnée dans la vie d’Hélène. Mais les apparences sont parfois trompeuses…
Quand un homme se déguise en femme au cinéma, c’est soit pour travailler comme Dustin Hoffman dans Tootsie, soit pour passer du temps avec ses enfants comme Robin Williams dans Madame Doubtfire. Dans cette comédie réalisée par Sophie Marceau, Pierre Richard se déguise en femme pour en arnaquer une autre. Ha, ha, ha ! Pour ma part, j’ai trouvé Pierre Richard drôle et tendre à la fois. Il m’a manqué toutes ces années, j’espère vraiment qu’il va continuer à nous faire rire.
Quant au scénario, j’ai préféré la fin du film que le début. Moi, si je l’avais écrit, j’aurais commencé par la fin, c’est tellement plus délirant et plus fun, mais qui sait, peut-être qu’il y aura une suite… à suivre.
C’est donc un bon 4 étoiles et demie qui vient conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

La Ch’tite Famille

Dany Boon – 28 février 2018 – Film 5 étoiles

Valentin D. et Constance Brandt, un couple d’architectes designers en vogue, préparent le vernissage de leur rétrospective au Palais de Tokyo. Mais ce que personne ne sait, c’est que pour s’intégrer au monde du design et du luxe parisien, Valentin a menti sur ses origines prolétaires et ch’tis. Alors, quand sa mère, son frère et sa belle-sœur débarquent par surprise au Palais de Tokyo le jour du vernissage, la rencontre des deux mondes est fracassante. D’autant plus que Valentin, à la suite d’un accident, va perdre la mémoire et se retrouver vingt ans en arrière, plus ch’ti que jamais !
Dany Boon nous offre une très belle comédie, riche en rires et en émotion. On ressent bien la complicité des acteurs à l’écran, ce qui nous donne encore plus envie de rire. La performance de Laurence Arné est vraiment très bien, quant à Line Renaud et Pierre Richard, ils forment un très beau couple.
C’est une bonne comédie, drôle, tendre, sincère et bien écrite. Avec un petit hommage à Johnny Hallyday à la fin et un petit bêtisier.
C’est donc avec plaisir que je vous recommande ce film 5 étoiles.

Bande-annonce ci-dessous.

Hurricane

Rob Cohen – 28 février 2018 – Film 3 étoiles 

Profitant du plus gros ouragan ayant jamais touché les États-Unis, une équipe de braqueurs d’élite infiltre la plus grande réserve de billets du pays. Leur objectif : un braquage exceptionnel de 600 millions de dollars. Dans la ville désertée, Casey, une des convoyeuses de fonds, et Will, un météorologiste de génie, vont devoir unir leurs forces en utilisant les connaissances de Will pour survivre au milieu de cette « tempête du siècle » et empêcher ces voleurs impitoyables de parvenir à leurs fins.
Personnellement, même si le scénario initial semble original, je trouve qu’il y a quand même de nombreuses similitudes avec Twister, film de Jan de Bont sorti en 96. Malheureusement pour Rob Cohen, Hurricane est loin d’être à la hauteur pour la réalisation et les effets spéciaux. Bon, le scénario reste quand même correct, mais la prestation des acteurs est encore loin du compte.
Je n’ai pas vraiment été surprise par certaines scènes qui se veulent spectaculaires mais qui en fait ne nous donnent qu’un petit sursaut. C’est donc avec une extrême gentillesse que je conclus cet article d’un 3 étoiles, ça n’en vaut vraiment pas plus. À noter que le rôle que joue Maggie Grace, découverte dans la célèbre série Lost : les disparus, article disponible dans la rubrique Séries US très prochainement, mérite le détour, et encore… C’est dommage.

Bande-annonce ci-dessous.

Love Happens 

Brandon Camp – 2009 – Film 2 étoiles

Ce film parle du deuil de façon un peu étrange et assez dérangeante pour moi.
Nous, Européens, nous ne participons pas à des séminaires sur le deuil de nos proches.
Éventuellement à une veillée funèbre collective lors de décès touchant la population de notre pays ou en guise de soutien pour nos alliés.
Bien sûr, c’est également un film sous couvert de rencontre amoureuse.
Je suis plutôt partagée, c’est donc 2 petites étoiles et demie qui viennent conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.

Million Dollar Baby

Clint Eastwood – 23 mars 2005 – Film 5 étoiles

Rejeté depuis longtemps par sa fille, l’entraîneur de boxe Frankie Dunn s’est replié sur lui-même et vit dans un désert affectif en évitant toute relation qui pourrait accroître sa douleur et sa culpabilité.
Le jour où Maggie Fitzgerald, 31 ans, pousse la porte de son gymnase à la recherche d’un coach, elle n’amène pas seulement avec elle sa jeunesse et sa force, mais aussi une histoire jalonnée d’épreuves et une exigence vitale et urgente : monter sur le ring, entraînée par Frankie, et enfin concrétiser le rêve d’une vie.
Après avoir repoussé plusieurs fois sa demande, Frankie se laisse convaincre par l’inflexible détermination de la jeune femme.
Une relation mouvementée, tour à tour stimulante et exaspérante, se noue entre eux, au fil de laquelle Maggie et l’entraîneur se découvrent un amour filial et une complicité inattendus…
C’est un chef d’œuvre, du grand Clint Eastwood, je vous le recommande vraiment, vous ne serez pas déçu. 5 grandes étoiles viennent conclure cet article.

Bande-annonce ci-dessous.